Dernière mise à jour des données : 20 Juin 2021

Espèce végétale

Euphorbia esula L., 1753

Euphorbe ésule, Euphorbe feuillue, Euphorbe âcre

Cette espèce bénéficie d'un statut réglementaire ou patrimonial sur tout ou partie du territoire d'agrément du CBNBP et de la Sarthe

(, Equisetopsida)

 
Statut d'indigénat sur le territoire d'agrément : Indigène

Citation de cette fiche : A. LOMBARD / S. FILOCHE, janvier 2003. Euphorbia esula L., 1753. In Muséum national d'Histoire naturelle [Ed]. 2006. Conservatoire botanique national du Bassin parisien, site Web. http://www.mnhn.fr/cbnbp.

© G. ARNAL
© G. ARNAL

Caractères diagnostiques :

Plante vivace, de 30-90 cm de hauteur, glabre, à tige souterraine rampante. Tige herbacée dressée, à rameaux stériles et florifères. Feuilles espacées, oblongues à lancéolées-linéaires, entières. Ombelle à nombreux rayons ; bractées ovales-triangulaires, pourvues d'un mucron ; glandes jaunes en forme de croissant, à pointes courtes. Fruits = capsules moyennes, profondément sillonnées, granulées-ruguleuses sur les carènes ; graines 2 mm, ovoïdes, grises ou brunâtres. Floraison de mai à juillet.

Confusions possibles :

Groupe de taxons mal définis et mal connus, constitué de E. esula, E. tommasiniana et E. x pseudovirgata. La distinction est particulièrement délicate notamment en ce qui concerne le nombre d'ombelles, le positionnement des stomates sur les feuilles et la forme générale de ces dernières.

Caractères biologiques :

Hémicryptophyte.

Aspects des populations sociabilité :

Caractères écologiques :

Espèce héliophile, mésohygrophile. Se rencontre aux étages collinéen et montagnard. Milieux perturbés (berges de rivières) et rudéralisés (bord de routes, terrains vagues…) ; pelouses calcaires xérothermophiles ; prairies alluviales.

Habitats concernés :

Pelouses sèches (Mesobromion erecti) ; groupements rudéraux (Arction lappae) ; prairies humides (Molinio-Juncetea)…

Répartition géographique :

Eurasiatique. En France, espèce largement distribuée avec néanmoins des lacunes en Bretagne, dans le Limousin et les Pyrénées. Dans le territoire d'agrément du CBNBP, E. esula est présent dans la vallée alluviale de la Loire (Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Loiret, Nièvre) ; également dans les pelouses calcaires le long de la côte viticole bourguignonne (en Saône-et-Loire et Côte d'Or) ; çà et là ailleurs.

Etat des populations :

Espèce qui semble se maintenir globalement assez bien en France.

Menaces potentielles :

Ce n'est pas une espèce menacée à court ou moyen terme en France.

Bibliographie :

- ANTONETTI P., BRUGEL E., KESSLER F., BARBE J.-P. & TORT M., 2006. Atlas de la flore d'Auvergne - Conservatoire botanique national du Massif central. 984 p.
- BARDAT J., BIORET F., BOTINEAU M., BOULLET V., DELPECH R., GEHU J.-M., HAURY J., LACOSTE A., RAMEAU J.-C., ROYER J.-M., ROUX G. & TOUFFET J. , 2004. Prodrome des végétations de France. Publications Scientifiques du Museum national d’Histoire naturelle, Paris. Patrimoines naturels, 61 : 171 p.
- BUGNON F., 1995. Nouvelle Flore de Bourgogne. Tome II – Clés de détermination. Bulletin scientifique de Bourgogne, édition hors série, Dijon. 35 p. + XLII + 784 p.
- LAMBINON J., DELVOSALLE L., DUVIGNEAUD J., 1973, cinquième édition 2004. Nouvelle flore de la Belgique, du Grand-Duché du Luxembourg, du nord de la France et des régions voisines. Editions du Patrimoine du Jardin botanique national de Belgique, Meise. CXXX + 1167 p.
- RAMEAU J.-C., MANSION D., DUME G., 1989. Flore forestière française, guide écologique illustré, tome 1 : Plaines et collines. Ministère de l’Agriculture et Institut pour le développement forestier, Paris. 1785 p.

Accueil  |   Contactez-nous  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Aide  |   Webmaster

© CBNBP-MNHN 2006