Dernière mise à jour des données : 20 Juin 2021

Espèce végétale

Erica ciliaris Loefl. ex L., 1753

Bruyère ciliée

Cette espèce bénéficie d'un statut réglementaire ou patrimonial sur tout ou partie du territoire d'agrément du CBNBP et de la Sarthe

(, Equisetopsida)

 
Statut d'indigénat sur le territoire d'agrément : Indigène

Citation de cette fiche : E. MOTARD, R. BAJON, juillet 2000. Erica ciliaris Loefl. ex L., 1753. In Muséum national d'Histoire naturelle [Ed]. 2006. Conservatoire botanique national du Bassin parisien, site Web. http://www.mnhn.fr/cbnbp.

© MNHN-CBNBP  G. ARNAL
© MNHN-CBNBP G. ARNAL

Caractères diagnostiques :

Sous-arbrisseau à souche ligneuse épaisse ; tiges aériennes ligneuses, dressées, tortueuses, très rameuses, arrondies, velues, à ramifications latérales grêles et hérissées. Feuilles persistantes ovales-aiguës (longues de 2 à 4 mm), verticillées par 3 ou 4, bordées de cils raides, vert foncé dessus, velues dessous et sur les bords. Inflorescence en grappe simple, plus ou moins allongée, presque en épi de fleurs hermaphrodites, toutes tournées d'un même côté ; fleurs grandes, très courtement pédicellées, régulières, purpurines ; calice à 4 sépales ; corolle en grelot allongé, toujours bien plus longue que le calice ; corolle et calice persistant après la floraison et s'accroissant même encore un peu pendant que les fruits mûrissent ; 8 étamines cachées par la corolle, anthères dépourvues d'appendices s'ouvrant par des pores apicaux; ovaire supère ; fruit = une capsule glabre, s'ouvrant à maturité par 4 valves ; floraison de juin à octobre.

Confusions possibles :

La Bruyère cendrée, E.cinerea, qui a des fleurs de couleur voisine mais plus petites, est glabre ; la Bruyère à quatre angles, E.tetralix, a des feuilles ciliées, mais des fleurs rose pâle.

Caractères biologiques :

Chaméphyte. Plante mellifère, à pollinisation entomophile, assurée souvent par de gros Hyménoptères.

Aspects des populations sociabilité :

Espèce pouvant former comme toute les Bruyères, des populations importantes et denses dans les landes.

Caractères écologiques :

Espèce héliophile, mésohygrophile et acidiphile ; dans les régions à hiver tempéré et humide ; sur sols à pH acide, sables ou limons siliceux, plus ou moins tourbeux ; de l'étage collinéen jusqu'à 400 m d'altitude.

Habitats concernés :

Espèce des landes humides (Ulici-Ericion ciliaris), des bords de fossés et des sous-bois humides dans les forêts (Quercion robori-petraeae, Quercion pyrenaicae), sur sols siliceux.

Répartition géographique :

Espèce à répartition ibéroatlantique, présente surtout sur la partie occidentale de l'Europe, du Portugal à l'Irlande. En France, elle recouvre une grande partie de la façade ouest et sud-ouest de la France, depuis le Cotentin et l'Orne au nord jusqu'aux Pyrénées atlantiques au sud, dans les régions cristallines du Massif armoricain, du Limousin, etc., sur les sables de l'ouest de l'Ile-de-France, de Brenne, de Sologne, des Landes de Gascogne... ; mais manque, bien entendu, sur les calcaires du Poitou et des Charentes.

Etat des populations :

Se maintient dans ses principales stations, la plante ne semble pas réellement en danger actuellement, à l'exception des stations marginales, particulièrement en Ile-de-France.

Menaces potentielles :

Comme beaucoup d'Ericacées, les incendies de forêts et de landes sont préjudiciables à la Bruyère ciliée ; le boisement des landes est également facteur de régression, qu'il soit naturel (et très lent) ou, surtout, d'origine anthropique (et alors très rapide et catastrophique).

Bibliographie :

- ABBAYES (des) H., CLAUSTRES G., CORILLION R., DUPONT P., 1971. Flore et végétation du Massif armoricain - Tome 1 : flore vasculaire. Presses Universitaires de Bretagne, Saint-Brieuc. LXXV + 1226 p.
- ARNAL G., 1996. Les Plantes protégées d'Ile-de-France. Collection Parthénope - Editions Biotope, Paris. 349 p.
- BONNIER G., réédition 1990. La grande flore en couleurs de Gaston Bonnier. France, Suisse, Belgique et pays voisins. 4 tomes. Editions Belin, Paris. 1401 p.
- BOURNERIAS M., ARNAL G., BOCK C., 2001. Guide des groupements végétaux de la région parisienne. Nouvelle édition illustrée. Editions Belin, Paris. 640 p.
- CORILLION R., 1982. Flore et végétation de la Vallée de la Loire (cours occidental : de l'Orléanais à l'estuaire). Tome 1 : Textes. Imprimerie JOUVE, Paris. 736 p.
- DUPONT P., 1962. La flore atlantique européenne, introduction à l'étude du secteur ibéro-atlantique. Faculté des Sciences, Toulouse. 415 p.
- DUPONT P., 1990. Atlas partiel de la flore de France. Collection Patrimoines Naturels – Volume n° 3. Muséum national d'histoire naturelle, Paris. 442 p.
- LAMBINON J., DELVOSALLE L., DUVIGNEAUD J., 1973, cinquième édition 2004. Nouvelle flore de la Belgique, du Grand-Duché du Luxembourg, du nord de la France et des régions voisines. Editions du Patrimoine du Jardin botanique national de Belgique, Meise. CXXX + 1167 p.
- PROVOST M., 1993. Atlas de répartition des plantes vasculaires de Basse-Normandie. Université de Caen. 474 p.
- RAMEAU J.-C., MANSION D., DUME G., 1989. Flore forestière française, guide écologique illustré, tome 1 : Plaines et collines. Ministère de l’Agriculture et Institut pour le développement forestier, Paris. 1785 p.
- STEWART J., 1992. La conservation des orchidées européennes. David Bourges.

Accueil  |   Contactez-nous  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Aide  |   Webmaster

© CBNBP-MNHN 2006