Dernière mise à jour des données : 16 Janvier 2022

Espèce végétale

Epipactis palustris (L.) Crantz, 1769

Épipactis des marais

Cette espèce bénéficie d'un statut réglementaire ou patrimonial sur tout ou partie du territoire d'agrément du CBNBP et de la Sarthe

(, Equisetopsida)

 
Statut d'indigénat sur le territoire d'agrément : Indigène

Citation de cette fiche : R. BAJON, janvier 2000. Epipactis palustris (L.) Crantz, 1769. In Muséum national d'Histoire naturelle [Ed]. 2006. Conservatoire botanique national du Bassin parisien, site Web. http://www.mnhn.fr/cbnbp.

© MNHN-CBNBP  G. ARNAL
© MNHN-CBNBP G. ARNAL

Caractères diagnostiques :

Plante vivace, herbacée, à rhizome rampant, allongé, stolonifère, portant souvent plusieurs rejets. Tiges élevées (jusqu'à 60, voire 80 cm), parfois maculées de brun-pourpre. Feuilles en rosette basale et caulinaires, carénées, ovales-allongées (7-15 sur 1,5-4 cm), les supérieures bractéiformes. Fleurs en grappe spiciforme lâche, plus dense au début de la floraison, de 6 à 20 cm ; fleurs nombreuses (jusqu'à 25), assez grandes, pendantes ou horizontales, courtement pédonculées, souvent tournées d'un même côté ; 3 sépales lancéolés, de 7-15 sur 3-6 mm, velus et vert-pourpré pâle au dehors, glabres et beige-rosé ou pourpré en dedans ; 2 pétales latéraux semblables, de 6-13 sur 3-5 mm, plus pâles, souvent blanc- beige lavé ou strié de pourpre ; labelle en deux parties, l'antérieure (= hypochile) de 6-8 mm, beige-rosé strié de pourpre, à bords fortement relevés, la terminale grande (jusqu'à 10 mm), cordiforme, étalée, à bords très ondulés-crénelés, blanche et striée ou maculée de jaune d'or ; pas d'éperon ; ovaire infère, allongé, gris-vert fortement strié de brun-pourpre ; fruit = une capsule ; floraison en fin de printemps (mai-juin).

Confusions possibles :

Difficiles, la taille, la forme et la couleur des fleurs sont très typiques. A noter qu'il peut exister des formes à fleurs presque entièrement blanches ou blanc-rosé.

Caractères biologiques :

Géophyte à rhizome. Plante presque exclusivement entomogame, très visitée par les Hyménoptères.

Aspects des populations sociabilité :

Plante pouvant parfois former de grandes populations, mais plus souvent disséminée.

Caractères écologiques :

Espèce des plaines et des moyennes montagnes, jusque vers 1500-1800 mètres habituellement ; essentiellement sur terrains alcalins et en même temps très humides : suintements, pieds de sources, prairies tourbeuses, bas-marais, pannes de dunes ; plutôt héliophile.

Habitats concernés :

Groupements de prairies tourbeuses alcalines et de bas-marais alcalins du Caricion davallianae, ou du Molinio-Holoschoenion.

Répartition géographique :

Espèce eurosibérienne tempérée, de l'Atlantique et du nord de l'Afrique à la Sibérie, au Caucase et à l'Iran ; plus rare dans le nord (Scandinavie, Laponie) et le sud (Espagne, Italie, Balkans, Maghreb) de son aire ; ailleurs, assez répandue, formant parfois des peuplements denses. En France, elle est présente un peu partout ; plus rare, peut-être même absente des départements du Massif Central et de Corse, elle ne forme de populations importantes que dans les collines du nord-ouest (Normandie, Perche), les plaines et les plateaux du nord-est (Champagne, Lorraine, Alsace), les basses montagnes (Jura, Savoie).

Etat des populations :

La plupart des populations, même les plus nombreuses, sont en régression.

Menaces potentielles :

Comme pour beaucoup d'espèces des milieux humides, ce sont les stations qui sont menacées : assèchement des marais, drainages agricoles, etc. Par ailleurs, cette espèce héliophile ne supporte que mal la fermeture du milieu et se trouve, par exemple, rapidement éliminée après abandon des prairies humides qui sont alors envahies de phragmites ou de jeunes arbres.

Bibliographie :

- BONNIER G., réédition 1990. La grande flore en couleurs de Gaston Bonnier. France, Suisse, Belgique et pays voisins. 4 tomes. Editions Belin, Paris. 1401 p.
- BOURNERIAS M., ARNAL G., BOCK C., 2001. Guide des groupements végétaux de la région parisienne. Nouvelle édition illustrée. Editions Belin, Paris. 640 p.
- BOURNERIAS M., AYMONIN G.-G., DEMARES M., MELKI F., QUENTIN P., GUILLAUMIN J.-J., PRAT D., BOURNERIAS J., GATHOYE J.-L., LEMOINE G., JACQUET P., DEMANGE M., ENGEL R., GERBAUD O., TYTECA D., 1998. Les Orchidées de France, Belgique et Luxembourg. Société Française d’Orchidophilie. Collection Parthénope - Editions Biotope, Paris. 416 p.
- DELFORGE P., 1994. Guide des orchidées d'Europe, d'Afrique du Nord et du Proche-Orient. Les guides du naturaliste. Delachaux et Niestlé, Paris. 481 p.
- DUPONT P., 1990. Atlas partiel de la flore de France. Collection Patrimoines Naturels – Volume n° 3. Muséum national d'histoire naturelle, Paris. 442 p.
- HULTEN E., FRIES M., 1986. Atlas of North European vascular plants : north of the Tropic of Cancer. 1 atlas, 3 volumes. Koeltz Scientific Books, Königstein, Federal Republic of Germany.
- JACQUET P., 1995. Une répartition des orchidées sauvages en France. 3ème édition mise à jour. Société française d'orchidophilie, Paris. 100 p.
- LAMBINON J., DELVOSALLE L., DUVIGNEAUD J., 1973, cinquième édition 2004. Nouvelle flore de la Belgique, du Grand-Duché du Luxembourg, du nord de la France et des régions voisines. Editions du Patrimoine du Jardin botanique national de Belgique, Meise. CXXX + 1167 p.
- QUENTIN P., 1995. Synopsis des orchidées européennes. 2ème édition revue et augmentée. Société française d'orchidophilie, Paris. 141 p.
- STEWART J., 1992. La conservation des orchidées européennes. David Bourges.

Accueil  |   Contactez-nous  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Aide  |   Webmaster

© CBNBP-MNHN 2006