Dernière mise à jour des données : 27 Février 2022

Espèce végétale

Cardamine parviflora L., 1759

Cardamine à petites fleurs

Cette espèce bénéficie d'un statut réglementaire ou patrimonial sur tout ou partie du territoire d'agrément du CBNBP et de la Sarthe

(, Equisetopsida)

 
Statut d'indigénat sur le territoire d'agrément : Indigène

Citation de cette fiche : A. LOMBARD, R. BAJON, décembre 2000. Cardamine parviflora L., 1759. In Muséum national d'Histoire naturelle [Ed]. 2006. Conservatoire botanique national du Bassin parisien, site Web. http://www.mnhn.fr/cbnbp.

Caractères diagnostiques :

Plante annuelle grêle, de 10 à 40 cm de hauteur, glabre, à racine pivotante grêle, fibreuse et allongée. Feuilles composées-pennées, à rachis ailé, à 9 à 17 divisions étroites, le lobe terminal peu différent des autres et guère plus large ; feuilles basilaires non persistantes, en rosette étalée, à divisions un peu plus larges, ovales-lancéolées, parfois un peu dentées ; les caulinaires à lobes étroits, presque linéaires. Grappe florifère assez longue et s'allongeant encore à maturité ; fleurs blanches très petites, discrètes, habituellement non dépassées par les siliques mûres ; 4 pétales de 2-2,5 mm de longueur, deux fois plus longs que les sépales, obovales et dressés. Fruit = silique grêle et bosselée, parallèle à la tige, nettement dressée sur un pédoncule fructifère court. Floraison en mai et juin.

Confusions possibles :

Espèce proche de C. impatiens, qui a des fleurs encore plus petites, à pétales à peine aussi longs que les sépales, et dont les feuilles caulinaires sont embrassantes et auriculées ; proche également de C. hirsuta, plante souvent hérissée de longs poils, dont les feuilles radicales ont des divisions peu nombreuses, grossièrement arrondies, avec un lobe terminal plus grand que les autres, et dont les fleurs sont aussi très petites.

Caractères biologiques :

Thérophyte.

Aspects des populations sociabilité :

Populations localement abondantes, dans les stations favorables.

Caractères écologiques :

Dans les prairies humides, au bord des mares et des fossés, et plus généralement généralement dans les milieux inondés en période hivernale.

Habitats concernés :

Dans les groupements de thérophytes à développement estival, en milieu humide, du Nanocyperion (herbes rases) ou du Bidention (hautes herbes).

Répartition géographique :

Espèce présente, mais assez disséminée, dans une grande partie de l'Europe, à l'exception des Iles britanniques, des Balkans et de la plupart des îles méditerranéennes, au nord jusqu'aux pays baltes et à la Suède méridionale ; aussi dans le Caucase, en Sibérie, en Mandchourie et en Amérique du nord. En France, surtout présente au sud de la Loire et dans l'ouest, de l'embouchure de la Loire à l'Orléanais jusqu'aux Landes, aux Causses, au Languedoc ; ça et là plus à l'est, en Provence, dans la vallée du Rhône ; très rare ou nulle ailleurs.

Etat des populations :

Un peu partout en forte régression.

Menaces potentielles :

Victime de l'assèchement des milieux temporairement inondables (drainage, assainissement, recalibrage des rivières) et de la dégradation globale des zones humides (eutrophisation, intensification des pratiques agricoles).

Bibliographie :

- ABBAYES (des) H., CLAUSTRES G., CORILLION R., DUPONT P., 1971. Flore et végétation du Massif armoricain - Tome 1 : flore vasculaire. Presses Universitaires de Bretagne, Saint-Brieuc. LXXV + 1226 p.
- BONNIER G., réédition 1990. La grande flore en couleurs de Gaston Bonnier. France, Suisse, Belgique et pays voisins. 4 tomes. Editions Belin, Paris. 1401 p.
- CORILLION R., 1982. Flore et végétation de la Vallée de la Loire (cours occidental : de l'Orléanais à l'estuaire). Tome 1 : Textes. Imprimerie JOUVE, Paris. 736 p.

Accueil  |   Contactez-nous  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Aide  |   Webmaster

© CBNBP-MNHN 2006