Dernière mise à jour des données : 20 Juin 2021

Espèce végétale

Amelanchier ovalis Medik., 1793

Amélanchier

Cette espèce bénéficie d'un statut réglementaire ou patrimonial sur tout ou partie du territoire d'agrément du CBNBP et de la Sarthe

(, Equisetopsida)

 
Statut d'indigénat sur le territoire d'agrément : Indigène

Citation de cette fiche : O. NAWROT, R. BAJON, mai 2000. Amelanchier ovalis Medik., 1793. In Muséum national d'Histoire naturelle [Ed]. 2006. Conservatoire botanique national du Bassin parisien, site Web. http://www.mnhn.fr/cbnbp.

© MNHN-CBNBP  G. ARNAL
© MNHN-CBNBP G. ARNAL

Caractères diagnostiques :

Arbrisseau caducifolié de 1 à 3 mètres, inerme, à port irrégulier, à branchage peu dense. Ecorce lisse, grise, devenant gris-rosé quand elle est humide ; jeunes rameaux bruns ; bourgeons allongés, bruns, à écailles frangées de cils et duveteuses. Feuilles alternes, ovales-arrondies, finement denticulées, à pétiole assez long (entre le tiers et la moitié du limbe), vert clair au dessus, tomenteuses-blanchâtres en dessous, et devenant glabres et coriaces. Fleurs en bouquets sur des rameaux courts ; 5 sépales triangulaires, 5 pétales blancs, allongés-spatulés, étroits, étalés ; 20 étamines, 5 carpelles soudés en un ovaire surmonté par 5 styles soudés à la base ; fruits ovoïdes ou globuleux, d'environ 1 cm, pulpeux, d'abord rosâtres puis noirs, surmontés des 5 dents du calice ; floraison au printemps, en même temps que la feuillaison.

Confusions possibles :

A l'état végétatif, l'Amélanchier se rapproche du Cerisier de Sainte-Lucie (Prunus mahaleb). Un simple examen des feuilles, qui sont pliées au niveau de la nervure principale et complètement glabres chez P.mahaleb, doit suffire à lever la confusion.

Caractères biologiques :

Nano à microphanérophyte caducifolié. Les fleurs sont pollinisées par les insectes et les fruits dispersés par les oiseaux. Les fruits, assez sucrés, sont parfois encore récoltés. Le bois, dense et à grain fin, était utilisé pour la petite tournerie, en particulier pour la fabrication de cannes.

Aspects des populations sociabilité :

Arbrisseau poussant de façon isolée ou en peuplements épars et peu denses.

Caractères écologiques :

Espèce héliophile et xérophile, pionnière des substrats calcaires (plus rarement siliceux) caillouteux ou pierreux, secs et bien exposés ; mais de longévité médiocre (une cinquantaine d'années).

Habitats concernés :

Tous les groupements thermophiles et xérophiles plus ou moins ouverts, de l'étage méditerranée à l'étage submontagnard : pelouses plus ou moins arborées, coteaux et corniches ensoleillés (Xerobromion), fruticées xérophiles (Amelanchierion), chênaies pubescentes (Quercion pubescenti-petraeae), hêtraies sèches sur calcaire (Cephalanthero-Fagion), landes sèches calcicoles (Juniperion nanae), voire même chênaies acidiphiles thermoxérophiles (Quercetalia robori-petraeae)…

Répartition géographique :

Espèce circum-méditerranéenne, depuis la France et l'Espagne jusqu'à la Crimée, l'Ukraine, l'Asie occidentale, au nord jusqu'au Luxembourg et au sud de la Pologne ; présent aussi au Maghreb (Maroc et Algérie surtout). En France, l'Amélanchier est inégalement réparti : essentiellement présent dans les montagnes et les collines au sud-est d'une ligne allant des Vosges aux Pyrénées centrales, il est commun dans le Jura, les Alpes, les garrigues du Languedoc, les Causses ; il atteint le nord-ouest à la faveur de quelques coteaux bien exposés de la basse vallée de la Seine, mais il est généralement absent de tout le nord, l'ouest et le sud-ouest du territoire.

Etat des populations :

Cet arbrisseau, très commun dans la moitié sud-est de la France, se maintient encore bien dans ses isolats plus septentrionaux de Normandie et d'Ile-de-France.

Menaces potentielles :

Si dans l'ensemble l'espèce ne semble pas menacée, les stations septentrionales sont cependant à la merci des reboisements intempestifs en résineux, mais aussi de l'abandon des prés-bois calcicoles qui pourrait conduire à une densification du couvert forestier, et à la raréfaction, voire la disparition de l'Amélanchier.

Bibliographie :

- ARNAL G., 1996. Les Plantes protégées d'Ile-de-France. Collection Parthénope - Editions Biotope, Paris. 349 p.
- BONNIER G., réédition 1990. La grande flore en couleurs de Gaston Bonnier. France, Suisse, Belgique et pays voisins. 4 tomes. Editions Belin, Paris. 1401 p.
- BOURNERIAS M., ARNAL G., BOCK C., 2001. Guide des groupements végétaux de la région parisienne. Nouvelle édition illustrée. Editions Belin, Paris. 640 p.
- RAMEAU J.-C., MANSION D., DUME G., 1993. Flore forestière française, guide écologique illustré, tome 2 : Montagnes. Ministère de l’Agriculture et Institut pour le développement forestier, Paris. 2421 p.

Accueil  |   Contactez-nous  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Aide  |   Webmaster

© CBNBP-MNHN 2006