Dernière mise à jour des données : 10 Janvier 2021

Espèce végétale

Adiantum capillus-veneris L., 1753

Capillaire de Montpellier, Cheveux de Vénus, Capillaire Cheveu-de-Vénus

Cette espèce bénéficie d'un statut réglementaire ou patrimonial sur tout ou partie du territoire d'agrément du CBNBP et de la Sarthe

(, Equisetopsida)

 
Statut d'indigénat sur le territoire d'agrément : Naturalisé

Citation de cette fiche : A. LOMBARD, R. BAJON, octobre 2000. Adiantum capillus-veneris L., 1753. In Muséum national d'Histoire naturelle [Ed]. 2006. Conservatoire botanique national du Bassin parisien, site Web. http://www.mnhn.fr/cbnbp.

© G. ARNAL
© G. ARNAL

Caractères diagnostiques :

Plante vivace, à tige souterraine écailleuse. Frondes pendantes, de 10 à 30 cm, deux à trois fois pennées ; pétiole pouvant atteindre 25 cm, mince, noir et luisant ; pinnules minces et délicates, en forme d'éventail ou losangiques, entières à la base, irrégulièrement lobées ou crénelées sur le bord supérieur, à nervures minces ramifiées dichotomiquement ; frondes se développant au printemps, mais persistant l'hiver, et ne se flétrissant que durant l'année n+1. Sores marginaux se développant de juin à septembre, disposés en groupes, à l'extrémité des pinnules, sous la bordure repliée du limbe.

Confusions possibles :

Très caractéristique, A. capillus-veneris ne pose pas de problèmes de détermination.

Caractères biologiques :

Les feuilles peuvent parfois porter des bourgeons adventifs à la place des sporanges.

Aspects des populations sociabilité :

Peut former des populations étendues grâce à un rhizome rampant.

Caractères écologiques :

Espèce des rochers calcaires (mais reste cependant assez tolérante par rapport au substrat), à l'entrée des grottes ou à l'abri de rochers humides, au niveau de suitements ou au bord de cours d'eau, en général sous climat doux et tempéré, habituellement en dessous de 1000 m d'altitude ; colonise aussi des sites artificiels : rebords de lavoirs, murets de canaux d'irrigation, margelles de puits…

Habitats concernés :

Dans les groupements rupicoles des Adiantetea.

Répartition géographique :

Espèce à vaste aire de répartition, dans les régions à climat doux et humide: en Europe méridionale (jusqu'à l'Irlande, l'Angleterre, la France, l'Italie du nord, les Balkans, les montagnes de Grèce, le Caucase), en Asie orientale, en Amérique centrale, en Afrique ou encore en Polynésie. En France, présente globalement dans la moitié sud, jusqu'à l'Ain, le Cantal, la Vienne ; remonte sur la facade atlantique jusque dans le Finistère où elle est strictement littorale ; présente aussi plus au nord, dans le Bassin parisien par exemple, mais vraisemblablement anciennement introduite.

Etat des populations :

Espèce encore assez bien représentée en France, mais souvent très localisée. Les populations peuvent être assez denses sur une station.

Menaces potentielles :

L'arrachage par les collectionneurs ou pour nettoyer les parois rocheuses, les murs, les puits, représente la menace principale pour cette espèce.

Bibliographie :

- BONNIER G., réédition 1990. La grande flore en couleurs de Gaston Bonnier. France, Suisse, Belgique et pays voisins. 4 tomes. Editions Belin, Paris. 1401 p.
- JALAS J., SUOMINEN J., 1972. Atlas florae Europaeae : distribution of vascular plants in Europe . 1 . Pteridophyta. Committee for mapping the flora of Europe - Societas biologica Fennica Vanamo, Helsinki. 121 p.
- PRELLI R., BOUDRIE M., 1992. Atlas écologique des fougères et plantes alliées : illustration et répartition des Ptéridophytes de France. Editions Lechevalier, Paris. 272 p.
- PRELLI R., 2001. Les Fougères et plantes alliées de France et d'Europe occidentale. Editions Belin, Paris. 431 p.

Accueil  |   Contactez-nous  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Aide  |   Webmaster

© CBNBP-MNHN 2006