Dernière mise à jour des données : 25 Juillet 2021

Espèce végétale

Myriophyllum alterniflorum DC., 1815

Myriophylle à feuilles alternes

Cette espèce bénéficie d'un statut réglementaire ou patrimonial sur tout ou partie du territoire d'agrément du CBNBP et de la Sarthe

(, Equisetopsida)

 
Statut d'indigénat sur le territoire d'agrément : Indigène

Citation de cette fiche : A. LOMBARD, R. BAJON, novembre 2000. Myriophyllum alterniflorum DC., 1815. In Muséum national d'Histoire naturelle [Ed]. 2006. Conservatoire botanique national du Bassin parisien, site Web. http://www.mnhn.fr/cbnbp.

© MNHN-CBNBP  R. DUPRE
© MNHN-CBNBP R. DUPRE

Caractères diagnostiques :

Plante aquatique vivace, grêle, à tiges flottantes pouvant atteindre 1m de longueur. Feuilles submergées verticillées par 3 à 5, généralement aussi longues que les entrenoeuds, constituées de 8 à 18 segments capillaires et mous. Inflorescence aérienne, à l'extrémité redressée de tiges dont les feuilles sont de taille sensiblement réduite ; fleurs en épi pauciflore, jaunâtres striées de rouge, alternes, très réduites ; unisexuées, les inférieures femelles, à pétales avortés, les supérieures mâles, à 4 pétales ; bractées florales se réduisant de la base au sommet ; épi se terminant par des fleurs. Fruit = capsule très petite, conique et tronquée. Floraison de juillet à octobre.

Confusions possibles :

La distinction des quatre espèces de Myriophylles présentes en France nécessite l'examen de tiges fleuries, ce qui n'est pas toujours aisé à trouver.... M. alternifolium n'est pas l'espèce la plus commune!

Caractères biologiques :

Hydrophyte dont la pollinisation est assurée par le vent et la dispersion des graines par l'eau, parfois par les oiseaux.

Aspects des populations sociabilité :

Les Myriophylles peuvent former des "turions", sortes de petites tiges latérales qui, en se détachant de la plante-mère, permettent une multiplication végétative rapide de l'espèce.

Caractères écologiques :

Dans les ruisseaux, les mares, les étangs, de préférence en milieu acide, jusqu'à 1000 m d'altitude.

Habitats concernés :

Dans les groupements intra-aquatiques des pièces d'eau ou des rivières à courant lent (Potametalia, surtout Potamion eurosibiricum).

Répartition géographique :

Espèce européenne, présente du Portugal et de la Sicile jusqu'en Laponie et en Russie ; aussi au Groenland ; pourrait avoir été introduite en Amérique du nord où elle a été signalée. En France, ça et là, surtout dans les régions cristallines, mais généralement assez rare ; absente de la région méditerranéenne, mais présente dans les montagnes corses.

Etat des populations :

L'espèce semble en régression sur tout le territoire, notamment dans le nord (Picardie, Basse-Normandie, Nord-Pas-de-Calais).

Menaces potentielles :

Menacée principalement par l'eutrophisation des milieux aquatiques.

Bibliographie :

- BONNIER G., réédition 1990. La grande flore en couleurs de Gaston Bonnier. France, Suisse, Belgique et pays voisins. 4 tomes. Editions Belin, Paris. 1401 p.
- BOURNERIAS M., ARNAL G., BOCK C., 2001. Guide des groupements végétaux de la région parisienne. Nouvelle édition illustrée. Editions Belin, Paris. 640 p.
- BUGNON F., 1995. Nouvelle Flore de Bourgogne. Tome II – Clés de détermination. Bulletin scientifique de Bourgogne, édition hors série, Dijon. 35 p. + XLII + 784 p.
- LAMBINON J., DELVOSALLE L., DUVIGNEAUD J., 1973, cinquième édition 2004. Nouvelle flore de la Belgique, du Grand-Duché du Luxembourg, du nord de la France et des régions voisines. Editions du Patrimoine du Jardin botanique national de Belgique, Meise. CXXX + 1167 p.

Accueil  |   Contactez-nous  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Aide  |   Webmaster

© CBNBP-MNHN 2006